:: Libert'île :: Villes :: Bourg Ilek Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Love me right [MEGARA & MAKO]

avatar
Maki MEGY ♂ Kim ♂

Célébrité : Dave Franco
Crédit de l'avatar : Luke ♥

Chasseur depuis le : 12/10/2016
Pokéballs lancées : 174

Âge personnage : Vingt-sept ans
Pokédollars 3739

Métier : Lieutenant de police
PkMn rêvé : Dracolosse
Paroles du sage :
MAKI ♀


MEGY ♂

Voir le profil de l'utilisateur http://catchthemall.forumactif.org/t929-sac-de-mako-clarton
Dim 16 Oct - 22:30
« Love me right »

Feat : Megara Bellamy
Lorsque son commissaire vint lui signifier que sa journée était terminée et qu'il pouvait rentrer chez lui, Mako se hâta de se rendre aux vestiaires et d'y troquer son uniforme aux couleurs de la police contre une mise bien plus élégante. En homme prévoyant qu'il était, le Lieutenant stockait une tenue de bonne fortune dans son casier. Il n'était pas rare qu'il se rende à diverses soirées et autres mondanités en sortant de son travail, sans forcément avoir le temps de repasser dans son appartement, comme ce soir-là. C'est ainsi qu'après une douche prise en vitesse, et quelques regards discrets lancés sur les corps dénudés de ses collègues plus tard, le jeune homme se revêtit d'une chemise d'un blanc immaculé et d'un pantalon en lin gris. S'il avait appris quelque chose depuis son arrivée à Bourg-Ilek et ses nombreuses participations aux soirées de la ville, c'est qu'il fallait toujours jouer la carte du classique en terme de vêtements. Rien n'était plus efficace qu'une chemise et une veste de costume pour réveiller les fantasmes. Quoiqu'une tournée des bars avait déjà fait ses preuves, elle aussi...

Le policier s’admira de dernières secondes dans le miroir des vestiaires du commissariat avant de le quitter et d'emprunter les rues animées de la ville. La nuit était tombée,sans que Mako ne s'en soit rendu compte. Il appréciait énormément ces instants où il déambulait dans les ruelles baignées par la semi-obscurité, le cerveau maltraité par la tonne d'informations qu'il avait eu à gérer durant son poste, sans n'avoir à penser à rien. A vrai dire, l'esprit de Mako était préoccupé, et l'avait été depuis son réveil. Cette soirée était très spéciale, et enthousiasmait tout particulièrement le jeune homme. Ce soir, il ne se rendrait pas au casino accompagné d'amis ordinaires passionnés d'argent et de luxure, tout comme lui. Il n'irait pas non plus se défouler sur le sol d'une boîte de nuit, prenant en chasse tout individu se présentant devant lui avec sensualité. Ce soir, il revoyait Megara.

Gorge serrée et raclages de fond de gorge étaient de la partie. Mako pénétra dans un des innombrables bars que comptaient Bourg-Ilek. Il n'était venu qu'une fois entre ces murs, et les quelques fragments qu'il avait gardé en mémoire ne lui inspiraient aucun regret. Beaucoup de personnes étaient déjà présentes, plus ou moins ivres, ce qui lui laissait penser qu'il avait choisi le bon établissement. A son arrivée, le policier s'adonna à un moment crucial qui allait déterminer le bon ou le mauvais déroulement de la soirée : le choix de la table. Mako renonça immédiatement à s'installer au fond de l'établissement, où de jeunes femmes bien alcoolisées s'étaient déjà mises à danser d'une façon qui n'inspirait pas les retrouvailles sentimentales. Finalement, le jeune homme s'installa dans un coin assez reculé du bar, qui ne se trouvait ni trop près de l'entrée, ni à la vue de l'antre de la décadence. La place parfaite pour profiter de l'ambiance festive du bar, sans devoir faire répéter son interlocuteur en faisant gagner à ses paroles quelques décibels supplémentaires.

« Deux mojitos bien chargés, s'il te plaît », souffla-t-il dans l'oreille du serveur qu'il avait arrêté dans sa course. Il aurait besoin de lucidité pour pouvoir s'exprimer librement sans redouter les bafouillements et les langues fourchées. C'était paradoxalement l'alcool qui lui conférait cette clarté d'esprit. Mako se mit alors à patienter, savant pertinemment que Megara était ce genre de femme qui arrivait en retard pour se faire on-ne-peut-plus désirer. Une gouttelette de sueur ruissela sur son cou, et celle-ci n'était guère provoquée par la chaleur des lieux.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rainette ♥ Saphira ♀ Enyo ♀ Épona ♀ Zippo ♂ Koma ♂

Célébrité : Antonia Thomas ♥
Crédit de l'avatar : moi :3

Chasseur depuis le : 06/10/2016
Pokéballs lancées : 406

Âge personnage : vingt-six ans
Pokédollars 2982

Métier : sbire de la Team Rocket
PkMn rêvé : Léviator, Lokhlass, Draco. Croiser Mew serait chouette, aussi !
Paroles du sage :
RAINETTE ♥️

ÉNYO ♥️

ZIPPO ♥️

SAPHIRA ♥️

KOMA ♥️

BOUBA ♥️

EPONA ♥️

ARYA ♥️

TYENE ♥️

HIRO ♥️


Voir le profil de l'utilisateur http://catchthemall.forumactif.org/t867-sac-de-megara-bellamy
Dim 16 Oct - 23:56
love me right
Mako & Megara
En rentrant à l'appartement qu'elle partageait, ou plutôt squattait, Megara avait le sentiment d'avoir passé une journée extrêmement productive. Et elle n'était pas peu fière d'elle-même.

Aujourd'hui, elle n'avait pas œuvré à voler les Pokémon d'autrui, non monsieur. Aujourd'hui, pour remercier son amie de l'héberger gratuitement, Megara avait simplement proposer de l'aider dans son magasin de vêtement. Elle avait bien vu que Mélissa était exténuée par ses longues journées à s'occuper de sa petite friperie toute seule. De ce fait, et ce, même si elle n'y connaissait pas grand chose, Megara s'était spontanément proposée afin qu'elle prenne une journée pour se reposer. De toute façon, c'était ça ou faire son vrai travail.

La jeune femme rentrait donc quelque peu fatiguée et les pieds un peu douloureux, mais satisfaite. En fait, sa proposition n'était pas non plus totalement innocente, à la base. D'une part, elle savait que d'effectuer des tâches dont elle n'était pas forcément habituée la préserverait de trop penser. D'autre part et paradoxalement, ça lui permettrait de réfléchir à sa soirée de ce soir.

Habituellement, s'il y avait une soirée quelque part, on était presque certains d'y croiser Megara Bellamy. Sauf si évidemment, il y avait une autre soirée ailleurs. La fête était un peu une seconde nature chez la jeune femme. Elle y allait un peu comme vous allez cherchez votre pain à la boulangerie : tranquillement, en terrain connu, même quand elle ne connaissait personne.

Mais ce soir, c'était différent. Ce soir, elle le revoyait, et Megara se revoyait plus de dix ans en arrière, lors de son premier rendez-vous avec un garçon au collège. Peut-être que cette vision était exagérée, mais ayant fait beaucoup de chemin depuis, on pouvait penser que la sbire de la Team Rocket serait plus à décontractée que cela à l'idée de retrouver le fameux Mako dans un bar. Pourtant, depuis qu'elle avait fermé la boutique, elle sentait les papillons lui taquiner le bidou. Mais au moins, elle revenait à l'appartement avec une tenue. Elle était certaine que son amie comprendrait...

Megara se prépara soigneusement, mais pas trop non plus : au final, elle ne faisait tout cela même pas seulement que pour lui, mais aussi pour elle, adorant prendre soin d'elle et se faire belle. Elle se doucha, se coiffa de façon simple mais efficace, laissant sa crinière en liberté. Pour le maquillage, elle ne fit rien de trop voyant comparé à d'autres fois : le fait était qu'elle n'avait pas forcément envie d'envoyer de la poudre aux yeux et qu'elle n'était pas sans savoir qu'au final, la plupart des hommes n'étaient pas franchement charmés par les pots de peinture. Elle se contenta donc d'un trait d'eye liner, qui lui conférait des yeux de chat pratiquement irrésistible et d'un petit rouge à lèvre assez voyant pour être remarqué mais pas assez explosif pour qu'on ne voit que lui. Et enfin, la tenue. Au final, Megara n'innovait pas vraiment, mais au moins, elle se savait mise en valeur par son top court échancré dans le dos, sa jupe patineuse rouge et ses collants noirs effets jarretelle. Une tenue sexy mais pas trop, en somme. Quelque chose qu'elle aurait presque pu porter au quotidien.

Une fois ses bottines en cuir à talons mises et son perfecto sur les épaules, elle était prête à y aller : elle avait pile le retard qui convenait pour que ça ne fasse pas impatiente d'y être, mais pas mal polie pour autant. Elle poussa un profond soupir avant d'entrer dans le bar, puis avança comme si elle était chez elle, comme si elle n'était absolument pas nerveuse. Et puis elle le vit, installé à une table. Elle n'aurait elle-même pas mieux choisi.

Sa belle confiance en elle fut légèrement ébréchée lorsqu'elle arriva devant lui. Non, vraiment, elle se croyait être revenue au collège, alors que c'était si facile d'habitude...

— S-salut !

Elle n'eut même pas à se forcer à sourire. Par contre, ça, c'était plutôt agréable par rapport à d'autres fois.

— Tu vas bien depuis la dernière fois ?

C'était bateau, c'était maladroit et en plus, elle restait plantée là, comme une idiote, sans s’asseoir. Elle ne comprenait même pas ce qu'il se passait dans sa tête. D'habitude, elle avait peut-être un geste à faire, un regard à donner et c'était l'hécatombe chez ces messieurs et là... Là, c'était elle qui connaissait un bug de système sans précédent, alors que la soirée n'avait même pas vraiment commencer. Où était passé la Megara bourrée de confiance en elle ? Vite, un mojito allait résoudre le problème et la détendre ! Elle fini par s’asseoir avec une grâce étonnante vu la raideur de ses jambes, et plongea son regard dans celui avec qui elle espérait partager une soirée plus que sympathique.
© ASHLING - EPICODE


 


got a figure like a pin-up, got a figure like a doll : i'm the girl you'd die for so hit me with your sweet love and steal me with a kiss.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maki MEGY ♂ Kim ♂

Célébrité : Dave Franco
Crédit de l'avatar : Luke ♥

Chasseur depuis le : 12/10/2016
Pokéballs lancées : 174

Âge personnage : Vingt-sept ans
Pokédollars 3739

Métier : Lieutenant de police
PkMn rêvé : Dracolosse
Paroles du sage :
MAKI ♀


MEGY ♂

Voir le profil de l'utilisateur http://catchthemall.forumactif.org/t929-sac-de-mako-clarton
Mer 19 Oct - 19:55
« Love me right »

Feat : Megara Bellamy
Les secondes semblèrent se transformer en heures aux yeux du policier. Il était impatient, et avait horreur d'attendre seul. L'attente qu'il devait affronter le conduisit à promener son regard inquisiteur sur l'ensemble du bar où il se trouvait. Des dizaines de cadavres de bouteilles ornaient les tables, des danses enflammées réchauffaient l'ambiance des lieux, et de nombreux regards se posaient sur son curieux visage. En temps ordinaire, il se serait levé, et aurait profité d'un croisement de regard pour entamer une discussion qu'il aurait terminé le lendemain matin. Toutefois, ce soir-là, ces badineries ne l'intéressaient pas, ce qui le motiva à se détourner des hautes tentations qui le titillaient. Il regarda ainsi la chaise vide qui lui faisait face, en sirotant le mojito que le serveur venait de lui mener. Tout ce qui l'intéressait à cet instant, c'était Megara. Ce prénom qu'il avait en tête depuis son réveil. Il était à la fois réjouit, et anxieux de la retrouver. Il ne savait déterminer quel sentiment l'emportait, et priait pour que son arrivée soit imminente afin que la victoire soit prononcée.

Mako s'était amusé à dessiner mentalement les traits du visage de Megara. Du moins, ce dont il se souvenait. Effectivement, cette rencontre était quelque peu brouillée. Il se souvenait parfaitement du contexte de leur rencontre : une soirée banale dans un bar de Bourg-Ilek, où alcool et luxures étaient au rendez-vous. Mako y était invité, ce qui n'était guère étonnant, tout comme Megara, qui semblait être une connaissance de l'organisateur de la festivité. Leur comportement similaire, majorée par une certaine attirance, avait forcé leur rencontre. Lorsque l'alcool eut imprégner leurs boîtes crâniennes, cette affinité naissante semblait s'être renforcée. C'est ici que les souvenirs dont disposait Mako devenaient brumeux. Toutefois, cette obscurité de sa mémoire ne laissait pas lace à l'incertitude. Il savait que Megara lui plaisait, bien plus que les dizaines de jeunes femmes qu'il avait rencontré depuis son arrivée à Bourg-Ilek. Elle était spéciale, et le policier se réjouissait à l'idée de redécouvrir cette originalité.

Il n'était pas dans les habitudes de Mako de revoir les filles qu'il côtoyait le temps d'une soirée. Cela ne lui était jamais arrivée, à vrai dire. Toutefois, cette Megara lui avait laissé une telle impression qu'il avait tenté par tous les moyens de la retrouver. C'est ainsi qu'il s'était étonné à user d'un logiciel de police pour disposer de son numéro de téléphone. Sur l'unique message qu'il lui avait envoyé, il lui avait simplement indiqué la date et le lieu du rendez-vous, en le signant d'un simple « Mako ». Rien de plus. Il savait que son procédé ne respectait pas l'éthique de sa profession, et que la jeune femme lui demanderait sûrement comme il avait eu accès à son numéro de téléphone. Mais rien de tout cela n'était suffisant pour le freiner dans sa quête. Il reverrait ce visage et corps qui l'avait obnubilé tout le long de la soirée qu'ils avaient passé ensemble, peu importe ce que ces retrouvailles lui coûteraient.

Le Lieutenant s'amusait  faire tournoyer le liquide qui remplissait son verre entre ses mains. Une journée au commissariat lui semblait encore plus rapide que l'instant de supplice qu'il passait, avachi sur sa chaise. « S-salut ! ». Une douce voix s'éleva à sa gauche et effleura ses tympans après avoir bu une première gorgée de son mojito, qu'il manqua d'expectorer de justesse. Son regard se dirigea succinctement vers la locutrice, dont l'identité ne faisait aucun doute pour Mako. C'était elle, plus ravissante que jamais.

Ses souvenirs étaient bien en-deçà de l'image qui se reflétaient sur ses rétines. « Megara ! J'suis vraiment content que tu sois venue ! Je vais très bien pour ma part ! Et toi, comment vas-tu ? Oh, installe-toi, je t'ai commandé un verre ! ». Son débit de paroles affluent se légitimait par les hésitations qui habitaient l'esprit de Mako à l'instant où elle lui était apparue. Lui faire la bise ? Beaucoup trop amical. La complimenter d'entrée de jeu ? Un peu trop tôt. Refléter une image timide ? Sûrement pas. L'important était de la mettre à l'aise, avant-tout. Et de l'inciter à s’enivrer d'alcool, pour contrer la timidité qui entraverait leur discussion.

Sans s'en rendre compte, les yeux du Lieutenant se promenèrent sur le corps de Megara, ou du moins sur ses vêtements, avant de s'arrêter sur son visage. Mako s'amusait à comparer la jeune femme qui venait de s'installer à sa table, à la fêtarde complètement ivre et sans retenue qui régnaient dans ses souvenirs. La différence était grande, sans être déplaisante. « Je te trouve vraiment ravissante ce soir. Enfin pas que ce soir, tu as toujours été ravissante. Enfin, à la dernière soirée où on s'est rencontrés... Euh, tu m'as compris quoi. T'es vraiment sublime. » La légendaire maladresse de Mako était de retour. Le jeune homme se gratta le haut du crâne, gêné de montrer une image manquant d'assurance à la ravissante Megara. Il savait plus que quiconque que les hommes qui dégageaient du charisme et une assurance sans failles plaisaient beaucoup, ce qui lui laissa un goût âpre en bouche.

Le policier tenta de regagner quelques points au yeux de la jeune femme en lui adressant un franc sourire. Une valeur sûre. « J'espère que tu n'avais pas trop loin pour venir ici, j'ai choisi ce bar sans savoir où tu habitais. D'ailleurs, je ne le sais toujours pas... Où restes-tu sur Bourg-Ilek ? », lui demanda-t-elle, avec la secrète intention de savoir si une grande distance séparait leur appartement respectif. Après tout, s'ils étaient amenés à se revoir, ce serait une aubaine s'ils habitaient aux extrémités de la ville. Il serait tellement plus simple qu'elle reste dormir chez lui afin de profiter pleinement de la soirée, en buvant des verres sans se méfier du trajet du retour à effectuer.

En attendant sa réponse, Mako plongea son regard dans les yeux lumineux de son invitée. Cette fois, son intention n'était nullement calculée. C'était naturellement et contre sa volonté que le policier s'y noya, avec l'incertitude de pouvoir remonter à la surface.
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rainette ♥ Saphira ♀ Enyo ♀ Épona ♀ Zippo ♂ Koma ♂

Célébrité : Antonia Thomas ♥
Crédit de l'avatar : moi :3

Chasseur depuis le : 06/10/2016
Pokéballs lancées : 406

Âge personnage : vingt-six ans
Pokédollars 2982

Métier : sbire de la Team Rocket
PkMn rêvé : Léviator, Lokhlass, Draco. Croiser Mew serait chouette, aussi !
Paroles du sage :
RAINETTE ♥️

ÉNYO ♥️

ZIPPO ♥️

SAPHIRA ♥️

KOMA ♥️

BOUBA ♥️

EPONA ♥️

ARYA ♥️

TYENE ♥️

HIRO ♥️


Voir le profil de l'utilisateur http://catchthemall.forumactif.org/t867-sac-de-megara-bellamy
Jeu 20 Oct - 22:42
love me right
Mako & Megara
Depuis la réception du fameux message, Megara avait essayé plusieurs fois de se repasser les événements de la soirée précédentes, sans forcément obtenir un grand succès. Elle se souvenait vaguement avoir dansé en soutien-gorge bleu ciel sur une table à un moment, puis s'être rhabillée et avoir parlé avec beaucoup de gens. Évidemment, elle ne se rappelait pas de grand monde. Mais un visage se détachait de tous les autres. Et Megara n'aurait pas pensé le revoir, du moins, pas comme ça, puisqu'ils n'avaient pas eu l'occasion d'échanger leurs numéros. D'ailleurs, ce message avait été une vraie surprise pour Megara qui se demandait tout de même comment il avait récupérer ce numéro qu'elle gardait habituellement privé. A chaque fois qu'elle rencontrait un homme, elle avait tendance à donner un faux numéro, quand elle en donnait un, évidemment. Il n'était pas du tout dans l'habitude de la métisse de revoir ses rencontres d'un soir, qu'elle avait tendance à oublier aussi vite qu'elle partait avant leur réveil, en fait.

La jeune femme n'avait pas toujours été comme ça. A une époque qui n'était pourtant pas si lointaine, elle était tombée amoureuse d'un homme charmant et charmeur, quoique peu fréquentable. A l'époque, Megara était déjà une habituée des travaux d'intérêt général, mais elle avait voulu suivre son David et c'était par amour pour lui qu'elle avait intégré la Team Rocket. Quatre ans plus tard, elle n'avait pas bougé, même si lui ne s'était pas privé pour la larguer quatre mois plus tard, s'étant sans doute fait la moitié de l'effectif féminin de l'organisation. Elle n'était qu'une simple sbire, après tout, lui rêvait de plus.

Depuis cette histoire, c'était elle, la jeune femme libre et indépendante qui fixait ses règles aux hommes, qui ne se privaient pas de rappliquer au petit trot dès qu'elle le désirait. Et pourtant... Ce soir, ironiquement, c'était bien elle qui s'était pomponnée en chantant Like a Virgin, sa brosse à cheveux en guise de micro.

Dans le métro qui la conduirait au bar qui n'était pas tout à fait à côté de chez son amie, la nervosité, mais aussi une forme d’impatience étreignaient Megara. Elle n'avait vu Mako qu'une seule fois. L'alcool était au rendez-vous ce soir-là. Pourtant, elle avait dans l'idée que même sans cela, il lui avait plu et qu'il avait quelque chose en plus comparé à tous ces hommes qu'elle pouvait avoir séduit avec une facilité déconcertante. Elle n'était pas dupe pour autant et malgré sa petite taille, elle était assez grande pour savoir que le Prince Charmant n'existait pas. Mais pour le coup, elle savait qu'elle s'en serait voulu toute sa vie si elle n'avait pas bougé ses fesses à cause d'une quelconque fierté. Elle voulait le revoir, peu importe l'issue de cette rencontre. Ses souvenirs avaient beau être flous, elle avait envie de revoir cet adorable sourire et tout le reste.

Enfin, elle se retrouvait plantée dans le bar, faisant face à l'homme objet de ses pensées depuis le matin. C'était inhabituel et un peu inconfortable de se sentir aussi vulnérable mais en même temps, Megara ressentait aussi une certaine excitation qui était différente de l'habituelle à caractère sexuel. Elle ne savait même pas trop quoi faire pour le saluer, car autant la bise était réservée à la vieille tante, autant l'embrasser ailleurs lui paraissait bizarrement un peu trop précipité. Elle choisi donc l’alternative la plus stupide, lui faire un discret signe de la main, se frappant mentalement mais gardant le sourire. Ses quelques mots à elles étaient plus ou moins ridicules, mais elle ne pu s'empêcher de penser que lui aussi ne devait pas être si à l'aise que ça. Elle avisa le verre que Mako lui désignait, son visage s'éclairant d'un large sourire.

— Oh, merci, j'adore les mojitos ! A ta santé !

Bien qu'elle ne choisissait pas toujours cette boisson, elle faisait facilement partie de ses préférées. Tandis qu'elle posait enfin ses fesses sur le siège faisant face à Mako, elle prit une gorgée d'un air sensuel qui, à force d'être pratiqué lui était devenu automatique et limite involontaire, avant de continuer.

— Moi aussi, je vais bien. Peut-être un peu fatiguée, mais la potion magique que voilà va me requinquer ! Et puis... Je suis contente d'être là, aussi. Enfin de te voir, avait-elle ajouté plus bas.

Que Megara soit en soirée, au travail ou qu'elle fasse simplement du shopping, elle avait toujours tendance à regarder ses interlocuteurs dans les yeux. C'est donc naturellement que son regard se porta vers celui du jeune homme qui lui tenait compagnie. C'était étrange, d'habitude, ça ne lui faisait rien, mais ce soir, c'était comme si elle était prise à son propre piège. Elle sentait néanmoins que le regard de Mako se promenait sur sa personne, alors elle ne se gêna pas pour faire de même : elle ne pu qu'apprécier sa tenue, classique mais efficace. Évidemment, la tenue vestimentaire n'était pas nécessairement le critère le plus important pour la jeune femme, mais il était vrai que c'était un détail qu'elle regardait, étant passionnée de shopping et de mode en général. Au sens large, évidemment : elle n'aimait pas faire le mouton, malgré les surnoms qu'elle avait pu subir étant petite à cause de sa coupe de cheveux.

Mako fini par la complimenter. Cette fois, Megara ne tomba pas dans le cliché de la petite collégienne et ne rougit pas. Non, sa réaction fut toute autre : même si elle était sincèrement flattée de ses compliments, le débit de parole de Mako provoqua un léger rire. Pas le méchant rire moqueur, simplement quelque chose de doux, qui montrait néanmoins son amusement. Maintenant qu'elle voyait ça, elle se disait qu'elle n'avait pas forcément à avoir honte d'être elle-même maladroite. Elle espérait simplement que ça ne le ferait pas fuir en courant. Mais si c'était le cas, il fallait supposer qu'il se serait déjà levé pour aller voir ce qu'il se passait dans l'antre de vices que constituait le fond du bar.

— Merci ! Je dois admettre que tu es plutôt fidèle à mes souvenirs, toi aussi : élégant sans trop en faire, ce qu'il faut pour te mettre en valeur. Tu es très séduisant, Mako.

Megara était déjà un peu plus à l'aise, tandis qu'elle retirait sa veste : il faisait plutôt chaud dans le bar, avec une telle concentration de clientèle mais elle s'attendait aussi à ce que la soirée lui réserve des coups de chaud. Notamment lorsqu'il souriait ainsi. C'était simple finalement. Mais il y avait quelque chose qui lui plaisait, quelque chose que les autres n'avaient pas et la métisse n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Néanmoins, elle ignorait si elle avait réellement envie de savoir pour l'instant, se laissant porter par l'agréable compagnie.

— Je restes chez une amie qui a la bonté de m'héberger. Je dois avouer que Bourg Ilek me plaît beaucoup, ça bouge tellement plus que Sanctum... C'est à dix stations d'ici, à l'est.

Bien que ce soir elle ait un comportement étrangement calme et innocent, il ne fallait pas croire que Megara était née de la dernière pluie par rapport à ce genre de question. Néanmoins, elle choisi de jouer le jeu, un peu plus détendue que précédemment, toujours un petit sourire aux lèvres.

— Et toi alors ? Tu dois aussi affronter les Rattata et les Smogo puants du métro, ou tu as eu la chance de pouvoir les éviter ?

Elle avait dit ça sur le ton de la plaisanterie, bien qu'il était vrai qu'entre les gens bizarres du métro et les mauvaises odeurs, ce n'était pas franchement le lieu le plus sympathique de la capitale. Et puis elle n'était pas forcément contre l'idée de prolongeait la soirée si elle se déroulait bien...

— D'ailleurs, il ne me semble pas que je l'ai su, mais tu es de Bourg Ilek ?

Au final, elle connaissait assez peu de choses sur lui. Habituellement, elle n'avait ni le temps, ni l'envie d'en apprendre plus sur les hommes qu'elle racontait. Mais là, une fois de plus, Mako ébréchait tous ses principes. En revanche, elle se disait qu'elle n'avait pas franchement envie qu'il en sache plus sur elle, du moins, sur certains pans de sa personne, comme celui assez vilain qu'était son appartenance à la Team Rocket.

Soudainement, leurs regards se croisèrent et sans qu'elle ne comprenne trop ce qu'il se passait, un frisson lui parcouru la colonne vertébrale : si elle avait chaud ou froid, elle ne savait même plus trop, au final. Ce ne fut que lorsqu'elle sentit et entendit son téléphone vibrer dans sa poche de veste que le charme fut en quelque sorte rompu. Elle ne prit cependant même pas la peine de regarder qui l'avait importuné : cela pouvait attendre, qui que c'était.

— Au fait, je ne sais pas ce que tu as prévu, mais c'est moi qui paye les prochains.

Elle avait dit ça avec naturel, tout en saisissant son verre. Au final, lorsqu'elle sortait, Megara ne payait que très rarement ses consommations. Son porte-monnaie l'en remerciait, même si parfois, elle avait quelques remords. Car elle avait toujours pensé que « si c'était gratuit, c'était elle le produits », et en féministe, elle se trouvait parfois paradoxale de se laisser ainsi « acheter » par des hommes. Mais elle se rassurait en se disant que de toute façon, elle refusait les verres payés par les hommes dont elle ne voulait pas. Elle savait qu'il existait beaucoup de femmes profitant ainsi de se faire inviter constamment. Ce soir, elle avait juste envie de montrer qu'elle n'était pas une demoiselle faible et sans défense incapable de payer à boire. C'était idiot, hors de propos, mais de toute façon déjà sorti de sa bouche.
© ASHLING - EPICODE


 


got a figure like a pin-up, got a figure like a doll : i'm the girl you'd die for so hit me with your sweet love and steal me with a kiss.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maki MEGY ♂ Kim ♂

Célébrité : Dave Franco
Crédit de l'avatar : Luke ♥

Chasseur depuis le : 12/10/2016
Pokéballs lancées : 174

Âge personnage : Vingt-sept ans
Pokédollars 3739

Métier : Lieutenant de police
PkMn rêvé : Dracolosse
Paroles du sage :
MAKI ♀


MEGY ♂

Voir le profil de l'utilisateur http://catchthemall.forumactif.org/t929-sac-de-mako-clarton
Dim 23 Oct - 16:09
« Love me right »

Feat : Megara Bellamy
Mako n'avait pas l'habitude d'être dans une telle posture. Donner rendez-vous à une fille qui lui plaisait vraiment sans intentions charnelles, se rendre au point de la rencontre avec une boule au ventre, être déstabilisé à un tel point à son apparition... Tout était nouveau pour lui. Certes, le policier était un habitué des bars de la ville et autres soirées alcoolisées où il rencontrait des dizaines de jeunes femmes. Toutefois, elles n'étaient tout au plus que des partenaires d'une nuit. Mako n'avait jamais sérieusement songé à la possibilité d'une relation à long terme, alimentée par des sentiments amoureux. Il n'avait que vingt-sept ans, et ne s'était jamais senti aussi vivant que depuis son arrivée à Bourg-Ilek. A travers ces sorties régulières et la multiplication de ses aventures, Mako pensait profiter pleinement des plus exquis plaisirs que la vie pouvait lui offrir. Ces frivolités lui permettaient également de son quotidien, beaucoup trop cadré. En bon Lieutenant de police, il devait se chargeait quotidiennement d'affaires relatives aux conduites en état d’ivresse, de prostitution, de commerces illégaux, d'effractions, de vols scrupuleux, de violences physiques, sans oublier les méfaits de la Team Rocket... Le monde de la nuit lui apparaissait comme une seconde vie, dans laquelle il pouvait se déchargeait de la pression qu'il accumulait lorsqu'il était coiffé de sa casquette de police ; en buvant sans adresser de pensées aux personnes qu'il avait sanctionné dans la journée pour ivresse sur la voie publique.

La soirée qu'il commençait à passer avec Megara semblait trahir les certitudes de Mako. Passer une agréable soirée en charmante compagnie, à siroter quelques verres, s'adresser et recevoir de sincères compliments... Une nouvelle clé du bonheur se présentait au policier, différente en tous points de celle dont il disposait jusqu'alors. Contrairement aux rencontres dont il était habitué, celle qui faisait l'objet de sa présence dans ce bar n'était pas uniquement basée sur les apparences, sur la sculpture corps de son invitée – quoique... – ni dictée par l'ivresse. Ce soir-là, tout semblait simple et empli de sincérité, et cette transparence était loin de déplaire au Lieutenant.

Mako n'avait toujours pas réussi à quitter son regard des iris enchanteresses de la métisse. Lorsqu'il entendit un souffle inaudible, perturbé par l'invitation au voyage dans laquelle il s'était engouffré, le jeune homme se concentra à nouveau sur la discussion naissante. Obnubilé par le regard perçant de Megara, sa réponse semblait avoir fuit ses tympans. Le policier porta une main au sommet de son crâne et coiffa un épi récalcitrant, signe qu'il était embarrassé. Toutefois, il ne fit mine de rien, et se contenta de sourire afin que la jeune femme se perçoive par sa gêne. Ce qu'elle venait de lui confier ne pouvait être important, elle venait d'arriver.

Lorsque la jeune femme se saisit du verre qu'il avait commandé, Mako comprit qu'elle venait très probablement de le remercier. Sans se faire prier, le policier fit de même et trempa ses lèvres dans son mojito, avant d'en boire une bonne moitié. Plus tôt son verre serait fini, et plus tôt il en commanderait un nouveau. Plus tôt il aurait de l’alcool dans le sang, et plus tôt sa gêne disparaîtrait. Plus tôt son esprit serait embrouillé, et plus tôt il pourrait avouer à Megara qu'elle n'était pas une banale proie. Être un séducteur, c'est avant tout une question de mathématiques et de logique.

Tandis que Megara prit une première gorgée avec une sensualité qui fit hausser un sourcil du jeune homme, ce dernier appréciait les saveurs mentholées du cocktail qu'il avait fait mener. C'était son compter sur le compliment que la jeune femme lui retourna. Mako esquissa un sourire niais, qu'il cacha avec son verre. Lui montrer une telle vulnérabilité à l'écoute d'un simple compliment aurait été une erreur stratégique. Les femmes avaient un don particulier pour identifier les points faibles de leurs prétendants, et savaient les utiliser à leur avantage mieux que quiconque.

« Fidèle à tes souvenirs ? Est-ce que ça veut dire que tu ne te souviens de rien ? Même pas de la fin de la soirée, quand nous avons... » Mako n'en rajouta pas, et adopta des traits sévères, sans piper mot. Quelques longues secondes plus tard, le policier ne put réprimer un rire franc, fier de son coup de maître. « Je plaisante, Megara ! Pour tout t'avouer, j'avais aussi bien bu ce soir-là... Mes souvenirs te mettaient déjà en valeur, mais crois-moi que je suis loin d'être déçu des souvenirs que je suis en train de me créer ». C'était mal tourné, ça pouvait être mal pris, ça pouvait être incompris, mais c'était sincère. Mako savait que cette jeune femme lui plairait, même sobre. Sa mémoire, bien qu'endommagée ce soir-là, ne lui avait pas menti. Le Lieutenant continua d'admirer discrètement son invitée, comme s'il cherchait à scanner cette ravissante plastique, pour remplacer ses souvenirs brumeux, obsolètes face à l'heureuse réalité.

La plaisanterie à laquelle il s'était adonné avait eu don de le détendre. Il ne ressentait plus l'angoisse qui précédait l'arrivée de Megara, et adoptait désormais une posture beaucoup plus décontractée, sans qu'une certaine pointe d'excitation ne le quitte. Il restait novice dans les rencontres sentimentales, et espérait que cette nouveauté ne se ressente pas dans son comportement. Après tout, la métisse était extrêmement ravissante, et devait être une habituée de ces rendez-vous galants. Mako se doutait qu'il n'était pas le premier homme à inviter la jeune femme à boire un verre, ce qui le rendait légèrement anxieux. Lui qui était si sûr de l'effet que produisait son physique sur le rythme cardiaque des personnes qu'il entrevoyait dans les bars de Bourg-Ilek... Cette fois, c'était bien différent. Son corps athlétique et son sourire de jeune premier ne suffiraient pas à envoûter Megara. Du moins, c'est ce dont il était intimement convaincu. Il savait que l'humour et la flatterie lui seraient alors d'une grande aide pour se démarquer des autres hommes convoitant la perle nacrée qui lui faisait face. En temps normal, ils n'avaient pas user de ces bottes secrètes, mais cette fois, du renfort s’avérait nécessaire.

Alors qu'il s'apprêtait à passer à l'offensive, bien que son taux d'alcoolémie n'était pas encore assez augmenté pour le motiver, Megara aborda le sujet des transports en commun. Après tout, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même, c'est lui qui avait mis sur le tapis la question de sa venue au bar. Abandonnant l'idée de servir quelques compliments sur un plateau doré pendant les quelques minutes que demandait leur conversation, le jeune homme se contenta de sourire. « Il m'arrive de prendre le métro oui, quand je bouge sur Bourg-Ilek, mais je n'aime pas vraiment les transports en commun. Quand je dois aller plus loin, j'ai une voiture et... ». Évoquer sa moto de police était franchement une mauvaise idée. La jeune femme n'était pas au courant de sa carrière des les forces de l'ordre, et Mako préférait que cela reste secret encore un moment. Il savait que certaines personnes prenaient peur à la découverte de la vie qu'il menait le jour, en raison d'un passé peu louable. De plus, il préférait rester discret sur ce point pour éviter que ses badineries nuptiales n'arrivent aux oreilles de ses collègues, ce qui l'affublerait de la réputation du « queutard de Bourg-Ilek », ce qui n'était pas franchement en osmose avec le sérieux et la vie saine qu'il essayait de refléter au quotidien. Les policiers, tout comme les femmes, prisaient particulièrement les rumeurs. « … une bicyclette ! Il n'y a rien de mieux pour se rendre à Sanctum-sur-mer, j'sais pas si t'as déjà eu l'occasion de rouler sur la piste cyclable. » Il avait essayé de retomber sur ses pattes, et était plutôt fier de sa capacité d'adaptation. Toutefois, sa réponse n'était pas assez réfléchie. Il était évident que la jeune femme avait déjà emprunté la piste cyclable, puisqu'elle venait de lui sous-entendre qu'elle était originaire de Sanctum. Mako espérait simplement l'éventualité du contraire, afin de pouvoir l'inviter à rouler ensemble, sur la même bicyclette, ses mains plaqués sur sa taille avec fermeté à la crainte d'une chute.

« Oui, je suis arrivé il y a quelques jours à Bourg-Ilek, ça doit faire deux semaines maintenant. J'y ai un appartement à côté du casino. Et toi, tu es de Sanctum-sur-mer, si j'ai bien compris ? Tu es venue ici pour pouvoir combler ton envie de sorties ? » La réponse de la métisse concernant son logement invoqua un sourire en soin sur les lèvres du policier. Il n'aurait pu espérer une meilleure situation que celle qu'elle exposait. « D'ailleurs, ma porte t'est ouverte si un jour, par malheur, ton amie pète un plomb. Tu n'auras qu'à m'envoyer un message si tu te retrouves en galère de logement, et tu seras la bienvenue, sache-le. Et puis, à côté du casino, avoue que tu pourrais être hébergée dans de pire conditions !  Tu aimes y aller ?». C'est ainsi que le Lieutenant faisait désormais preuve d'un esprit marketing, avançant les arguments de sa location, comme s'il cherchait à la vendre. L'enjeu étant une nouvelle soirée en si bonne compagnie, le policier cherchait à mettre toutes les chances de son côté, et laissa sous-entendre une nouveau rendez-vous. Certes, il s'y était peut-être pris un peu trop tôt étant donné que leur soirée ne faisait que de débuter, mais Mako était un homme prévoyant.

Le Lieutenant porta le fond de mojito qu'il noyait le fond de son verre, et l'ingéra en une gorgée. Il observa l'intérieur de son verre, désormais vide, avec surprise avant de le reposer face à lui. L'appel du verre vide, comme on l'appelait, ne semblait pas avoir échappé à Megara, qui proposa de payer les prochains verres. « Bien, je te laisse me commander une bouteille de champagne alors. » Un rictus taquin ponctua sa commande, avant que le jeune homme ne s'étire sur sa chaise. Ses yeux se posèrent à nouveau sur la ravissante compagnie qui l'accompagnait, comme s'il l'harmonie de son visage lui avait échappé durant ces quelques secondes. « Tu sais, Megara, je sors très souvent dans Bourg-Ilek lorsque la nuit tombe. Ça ne va sûrement pas te surprendre, mais tu es la seule des filles que j'y ai croisé que j'ai eu envie de revoir. Et aussi... un verre de vodka-pomme me va parfaitement. »
014 © Lunay's invention
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rainette ♥ Saphira ♀ Enyo ♀ Épona ♀ Zippo ♂ Koma ♂

Célébrité : Antonia Thomas ♥
Crédit de l'avatar : moi :3

Chasseur depuis le : 06/10/2016
Pokéballs lancées : 406

Âge personnage : vingt-six ans
Pokédollars 2982

Métier : sbire de la Team Rocket
PkMn rêvé : Léviator, Lokhlass, Draco. Croiser Mew serait chouette, aussi !
Paroles du sage :
RAINETTE ♥️

ÉNYO ♥️

ZIPPO ♥️

SAPHIRA ♥️

KOMA ♥️

BOUBA ♥️

EPONA ♥️

ARYA ♥️

TYENE ♥️

HIRO ♥️


Voir le profil de l'utilisateur http://catchthemall.forumactif.org/t867-sac-de-megara-bellamy
Jeu 27 Oct - 1:16
love me right
Mako & Megara
Depuis le naufrage qu'avait été sa relation avec David il y a plusieurs années, Megara n'avait jamais pris la peine d'entamer une relation stable et durable avec qui que ce soit. Elle avait été trop blessée, autant dans ses sentiments que dans sa fierté. Être sentimentale ne menait visiblement qu'à la débâcle. En tous cas, c'était plus ou moins la vision qu'avait Megara à ce moment là. Ou alors, cela fonctionnait pour les autres et pas pour elle ? Quelque part, elle avait considéré ces dernières années comme une sorte de revanche : les hommes étaient attirés par elle comme des mouches par un pot de miel. Et la jeune femme en profitait comme jamais. Mais après tout, il ne s'agissait que d'histoires d'un soir entre deux adultes consentants, non ? Peut-être que certains étaient en ménage, peut-être que... Non, ça ne la regardait pas, en fait. Ces soirées étaient juste faites pour prendre du bon temps. Du bon temps pour elle. Les autres comptaient relativement peu dans le processus : son but n'était pas de briser des couples, mais pas non plus d'être Mère Térésa en string à faire passer son prochain avant elle-même. Et puis était-ce si choquant qu'à vingt-six ans, elle enchaîne les histoires sans lendemain ? Il n'y avait que les rumeurs et les qu'en dira-t-on qui pouvaient être gênants. Et Megara en avait déjà l'habitude à Sanctum-Sur-Mer où elle s'était déjà faite arrêter pour prostitution, à tort, tout ça parce qu'elle avait fait l'erreur de passer la nuit avec un homme marié qui ne l'avait absolument pas payé mais dont la femme était définitivement plus intelligente que lui. Enfin comme d'habitude, ça avait été elle qui avait payé et pas l'infidèle : elle avait eu le sentiment de revivre son histoire avec Aliénor...

Megara était donc convaincue que les histoires d'amour finissaient mal et que s'attacher était une grossière erreur. Pourtant, la soirée qui débutait ce soir ébréchait ses convictions et ne lui laissait pas ce goût amer qui d'habitude emplissait sa bouche lorsqu'elle voyait un joli couple adorable. Oh, évidemment, elle ne s'imaginait pas encore acheter une maison, se marier et se lancer autant dans l'élevage de Caninos que dans l'élevage de marmots, bien trop jeune et insouciante qu'elle était mais... Pour autant, l'agréable compagnie de Mako lui rappelait qu'il n'y avait pas que des glandus férus de sexe sur terre et que finalement, le doux sentiment d'être appréciée et d'apprécier quelqu'un pour autre chose que sa plastique – l'avait-elle seulement connu ce sentiment d'être réellement « aimée » ? – pouvait être très attirant. Et puis un peu de douceur dans ce monde de brute ne lui ferait pas de mal. Bien évidemment, elle se voyait également mal passer toutes les soirées de toute sa vie blottie contre un Canard sur le canapé devant un film romantique. Mais le modèle Connard instable était un peu fatigant à la longue, et il y avait peut-être moyen de trouver un juste milieu entre ennui mortel et autodestruction à petit feu.

Ce soir, Megara avait envie de sincérité : le jeune homme se trouvant en face d'elle lui plaisait. Elle n'avait pas envie d'une énième histoire de fesses sans lendemain. Pour cela, elle pouvait choisir à peu près n'importe quel autre « mâle » du bar. Alors elle ne jouerait pas les jouvencelle en mal d'amour, mais elle laisserait aussi son attirail de la parfaite femme fatale au vestiaire. Ce soir, elle serait juste elle-même. Même si ça impliquait d'arranger un peu le tableau en omettant de parler de son appartenance à la Team Rocket, par exemple. Et peut-être que les diverses condamnations pour conduite en état d'ivresse aggravées par l'oubli quasi systématique de son permis pourraient attendre aussi. Elle n'était pas un ange et l'assumait plutôt bien, mais elle n'en était pas fière pour autant.

La première gorgée de mojito avait eu l'effet escompté : cela ne suffisait bien sûr pas à l'enivrer – la jeune femme avait beau ne pas être impressionnante de part sa carrure, elle n'en était néanmoins pas au point de rouler sous la table après un simple cocktail –, mais elle se sentait déjà vraiment mieux grâce à la saveur familière et appréciée. Aussi poussa-t-elle un soupir de satisfaction, interrompu par les mots de son hôte dont le sourire lui avait échappé, caché par son verre. Megara ouvrit des yeux ronds au sous-entendu, mais se doutait bien qu'il ne devait rien avoir eu de si exceptionnel, ce qui fut confirmé par la suite, son rire se joignant à celui du jeune homme.

— Tout de même, je pense que je me serais souvenu si...

Elle laissa en suspend sa phrase avec un petit sourire taquin et plutôt séducteur. La métisse savait que cela fonctionnait très bien ce genre de petite chose, en général. Et elle n'avait même pas besoin de se forcer tellement c'était devenu une seconde nature. Cela avait toujours fait partie d'elle, avant même qu'elle devienne ce qu'elle était aujourd'hui. En tous cas, elle ne perdit pas son sourire aux mots qui suivaient, haussant tout de même légèrement le sourcil, amusée. La formulation avait beau être quelque peu maladroite, l'intention restait claire et même si Megara était en quelque sorte habituée à recevoir des compliments de la part de ses conquêtes, là, cela avait une valeur particulière. Elle rentra dans le jeu, car là aussi était sa nature. C'est l'air de rien qu'elle repris la parole, sans même le regarder dans les yeux, se contentant de touiller le contenu de son verre, un petit sourire aux lèvres.

— Et tu penses que tu pourrais t'en créer d'autres encore mieux, prochainement?

Elle se rendait parfaitement compte que la formulation de sa phrase était un peu maladroite et ambiguë, là encore. Que lui arrivait-il ? La sbire de la Team Rocket était habituellement plus habile avec les mots, surtout dans ce genre de situation. Il fallait croire que la maladresse était contagieuse. Elle n'était pas sûre de réussir à faire comprendre son envie d'aller peut-être un peu plus loin qu'un simple verre.

Mais le temps était venu de délaisser quelque peu les compliments et autres sous-entendus au profit d'une conversation peut-être pas si passionnante que ça, mais qui avait le mérite d'être plus construite que ce à quoi Megara était habituée avec les hommes qu'elle fréquentait en soirée. En même temps, il était plutôt clair à présent que les habitudes n'étaient plus à prendre en compte et qu'elle allait devoir sortir de sa zone de confort, ce qui n'était pas pour déplaire à la jeune femme métisse. Elle ne pouvait réprimer une légère grimace en parlant des transports en commun tellement peu glamours de Bourg Ilek : elle supposait que cela devait être la même chose partout, même si clairement, c'était toujours une épreuve. Mais les embouteillages ne la tentaient que très moyennement et de toute manière, elle évitait de se servir de sa voiture depuis quelques temps, préférant l'usage de ses petites gambettes aux mollets d'acier. Et puis ce qu'elle ne dépendait pas en carburant – ou en temps à s'expliquer avec la police de Sanctum-Sur-Mer après oubli de son permis de conduire à la maison, elle devrait songer à se le greffer quelque part –, elle l'utilisait pour le shopping ou même dans des activités moins superficielles telles que l’entraînement de ses Pokémon. Megara se demanda d'ailleurs si le jeune homme en avait et décida de garder cette question pour un peu plus tard, se concentrant sur l'actuel sujet de conversation.

— En effet, je connais la piste cyclable.

Une fois de plus, elle eu du mal à réprimer une grimace. Si elle avait quelques soucis d'ordre judiciaire lorsqu'elle conduisait sa voiture, ses soucis étaient plus techniques lorsqu'elle décidait de s'essayer au vélo. Megara prit une gorgée de mojito afin de se donner du courage, avant de regarder Mako dans les yeux, un petit sourire gêné aux lèvres : décidément, elle ne savait pas ce qu'elle faisait ce soir, mais en même temps, elle ne savait pas si ça lui déplaisait vraiment.

— Tu te moques si je te dis que je suis plus à l'aise à dos de Ponyta que sur un vélo ?

Megara se rappelait des innombrables heures que son père avait passé à tenter de lui enseigner l'art de la promenade à bicyclette et à quel point il pouvait finir par vouloir s'arracher les cheveux à cause d'elle. Elle se souvenait aussi de l'air fier de sa petite sœur qui réussissait du premier coup. Alors qu'elle, eh bien... Elle ne manquait pas de se retrouver les genoux écorchés par terre dès qu'on lui retirait les petites roues. N'était-elle pas venue à Bourg-Ilek sur la moto d'un type qu'elle avait rencontré dans un bar et qui devait compenser quelque chose vu la taille de son engin motorisé ? La jeune femme se mordit la lèvre inférieure, consciente qu'avouer ce genre de faiblesse était loin d'être sexy ou attirant. Mais ce soir, elle avait après tout décidé d'être franche. Pour la majorité des choses, en tous cas...

Cela ne faisait donc pas si longtemps que Mako vivait à Bourg Ilek. La jeune femme l'observa d'un air interrogateur, avant de lui sourire.

— Je suppose donc que ce n'est pas forcément à toi qu'il faut que je m'adresse pour une visite guidée de la ville ?

C'était très taquin, un peu provoquant, juste ce qu'il fallait pour une fois de plus sous-entendre qu'il faudrait qu'ils se revoient. Pour une visite guidée, ou autre chose. Megara laissa échapper un petit rire, plutôt amusée lorsqu'il parla du casino. Visiblement, son envie qu'ils se revoient était partagée, cela sentait l'argument marketing de loin et malheureusement pour son porte-monnaie, la métisse y était souvent sensible.

— Je suis bien de Sanctum, en effet. J'étais surtout un peu lassée de l'ambiance un peu déprimante de ma ville natale, même si la plage me manque. Ici, au moins, ça ne dort jamais. Et même si je ne suis pas une grande adepte du casino, je ferais une exception pour tes beaux yeux!

A vrai dire, en règle générale, elle appréciait plutôt les jeux d'argent et de hasard. Ce qu'elle appréciait bien loin, c'était le fait de devoir croiser des collègues sur un lieu dédié au loisir, au plaisir et parfois à la luxure dans certains coins choisis : pour Megara, cela renvoyait surtout à son boulot à la Team Rocket, et on était bien loin de l'idée de détente et d'éclate que pouvaient avoir les clients lambda.

— Si tu n'as rien contre les demoiselles plutôt petites sans leurs talons, les Ptitard et les affaires un peu trop nombreuses, je serais ravie de venir voir à quoi ressemble ta tanière.

L'invitation ne pouvait pas être plus claire et Megara venait d'y répondre par la positive, sans même trop y réfléchir. Elle avait même évoqué l’existence de sa chère Rainette, qu'elle avait laissé à l'appartement de son amie. Megara avait toujours peur de l'emmener en soirée. Son expérience dans la Team Rocket lui démontrait bien qu'une seule seconde d’inattentivement et ton Pokémon n'était plus qu'un joli souvenir. Et Megara tenait bien trop à elle pour risquer de la perdre, préférant mille fois qu'on lui vole argent, téléphone ou autre.

— D'ailleurs, tu as des Pokémon, toi ?

Elle eut une petite pensée pour son équipe qui ne cessait de grandir ces temps-ci et ce re-concentra sur la conversation en cours, à savoir ce qu'ils allaient boire après le mojito qui arrivait malheureusement à son terme. La suite allait donc commencer par une bouteille de champagne. Mako semblait plutôt fier de ce qu'il venait de dire, mais la suite scotcha un peu Megara à son siège. De toute évidence, il avait gagné en confiance en lui depuis le début de la soirée. La jeune femme sentit bêtement à la fois son palpitant lui jouer des tours, mais aussi ses joues se teinter très légèrement, comme une adolescente : elle lui aurait bien rétorquer un « moi aussi j'avais envie de te revoir, crétin », mais elle n'avait plus quatorze ans. Du coup, pour reprendre contenance, la jeune femme métisse en profita pour attirer une serveuse qui passait par là vers leur table. Instantanément, cette dernière porta son attention sur le jeune homme, attendant visiblement la commande.

— Non, non, par ici, c'est la grande fille qui paye.

Un sourcil haussé, Megara avait employé un ton plus agacé et sec qu'elle ne l'aurait cru. Était-ce parce qu'elle avait été piquée dans sa fierté de femme indépendante ? Ou bien... Parce que de toute évidence, cette jeune femme regardait Mako d'une façon qu'elle-même connaissait bien, d'une façon qui ne lui plaisait pas du tout ? D'une façon qui n'attirait que l'antipathie et... Une sorte de jalousie ? Non, ce n'était même pas vraiment ça, puisque d'une part, elle 'était pas vraiment comme ça et que d'autre part... D'autre part, elle n'était pas jalouse, point.

— Ce sera donc une bouteille de champagne, un Mai Tai et une vodka pomme.

En ne quittant pas la serveuse du regard, elle se mit à sourire d'un air insolent, posant au passage délicatement sa main sur celle du jeune homme enfance d'elle, qui traînait sur la table. C'était immature, c'était mesquin, mais très franchement, elle n'en avait rien à faire. Une fois que la serveuse eut tourné les talons, Megara se sentant un peu plus en confiance plongea de nouveau son regard dans celui de Mako.

— Tu me crois si je te dis que depuis des années, tu es le premier mec qui me plaise assez pour que j'ai envie de le revoir ?
© ASHLING - EPICODE


 


got a figure like a pin-up, got a figure like a doll : i'm the girl you'd die for so hit me with your sweet love and steal me with a kiss.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Libert'île :: Villes :: Bourg Ilek-
Sauter vers: