:: Flash Back Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une goutte d'eau enfante l'océan

Invité
Invité
Mar 16 Aoû - 23:28
Invité

Une goutte d'eau enfante l'océan
Une arme faite d'un torrent de larmes
Aria & Matthew • 1er août 2016


« Tu vois, Cal ; c’est ça, le bonheur. »

Elle relève la tête vers moi à l’écoute de son nom, interrompue dans son jeu. Un sourire attendri étire mes lèvres tandis que je la vois revenir dans ma direction, toute dégoulinante d’eau salée, et grimper sur mes genoux en trempant allègrement ma jupe. Tout ça pour un câlin – que je lui accorde de bon gré. Elle est timide, ma Caravelle, d’habitude ; c’est pour ça que j’ai laissé les autres Pokémon à la maison pour lui accorder un peu d’attention exclusive. Je l’ai rarement vue aussi gaie : tous les jeunes Pokémon sont enjoués, mais elle rayonne positivement, et je me félicite de l’avoir prise avec moi sur la plage en cette belle fin d’après-midi. Ma journée de travail est terminée, et j’ai dans un panier à côté de moi un panier à pique-nique rempli de tout ce qu’il faut pour se régaler – et quelques bouchées de nourriture spéciale pour Cal. Ce soir, je vois Matt ; il m’a dit ce matin qu’il devait me parler, et je me demande de quoi il peut bien s’agir.

C’est tout naturellement que j’ai proposé un repas sur la plage, comme il nous arrive fréquemment d’en prendre les jours où le vent est faible et n’envoie pas de sable dans nos assiettes. Des années de pratique derrière nous ; et j’aime ces moments de calme à discuter de tout et de rien, à cœur ouvert. A comparer nos rêves et nos idéaux, ses envies de voyage et mon attente de Suicune, son intérêt pour les collectionneurs et ma passion de l’océan. Cette plage, elle nous a vus grandir, et je laisse toute la nostalgie de mon âme s’exprimer dans les notes de mon harmonica, jouant tranquillement pour saluer le soleil caressant de la fin de journée. Une part de moi se demande ce qu’il me veut – c’est rare qu’il éprouve le besoin de… de prendre rendez-vous, presque. D’habitude, il passe la tête par la porte, m’envoie un message et hop ! On s’installe quelque part pour discuter, avec quelque chose à grignoter et parfois un petit truc à boire. Il a peut-être une faveur à me demander ? Avec son sourire en coin, son humour parfois un peu discutable, et la chaleur de son amitié. Je ne peux rien lui refuser, tant il sait quels fils tirer pour le demander ; et ça me rend un peu dingue, parfois.

Je ne veux pas y penser pour le moment ; il ne devrait plus tarder, et je m’occupe au fil d’une mélodie qui prend forme sous mes doigts. Je réprime un éclat de rire : à côté de moi, Caravelle s’est mise à se dandiner avec un style très… expérimental, mais néanmoins fort motivé, et m’adresse un regard vaguement interrogateur. On dirait qu’elle me demande comment elle s’en sort, et je hoche doctement la tête pour manifester mon approbation toute solennelle, amusée de voir que même les Carapuce aiment danser.

Un crissement de pas dans le sable interrompt ma mélodie toutefois : Matthew arrive derrière moi, et je range mon instrument d’un geste rendu fluide par l’habitude, me décalant légèrement pour lui faire une place contre le rocher auquel je suis adossée et qui coupe le vent frais du soir. « T’es en retard, dis ! J’ai tellement faim que j’aurais pu avaler Caravelle ! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Strader
Membre du staff
Kamimi ♀ Pupuce ♀ Mousse ♂ Vulcain ♂ Marguerite ♀ Donut ♂

Célébrité : Daniel Radcliffe
Crédit de l'avatar : tbf

Chasseur depuis le : 18/02/2015
Pokéballs lancées : 1665

Âge personnage : 26
Pokédollars 2658

Métier : collectionneur
PkMn rêvé : Démanta
Paroles du sage :

i've lost my teddy bear.



water is the most powerfull type you've ever seen. trust me.


Voir le profil de l'utilisateur http://catchthemall.forumactif.org/t279-sac-de-matthew-strader
Mer 17 Aoû - 11:44
larme à la mer.


Il y a toujours cette appréhension. Cette excitation. Et cette tristesse. Celles des jours où la décision doit être prise. Celles des jours où, se sentant grandir, on décide de pousser le pas de la porte. Et d'affronter l'inconnu. Jordan sait. Je l'ai informé de mon départ. Il ne m'a pas jugé, nous en avions déjà discuté. Seule Aria doit encore apprendre la nouvelle, et, ma foi, là n'est pas la mince affaire de la journée. Rien qu'à penser à ce que je vais devoir lui apprendre, mon petit cœur, fragile et sensible, se serre déjà.

J'ai laissé Tortank à la maison. Il me suit toujours d'habitude. Mais aujourd'hui est différent. Et je n'oublierai jamais son regard triste quand il m'a vu partir, lui attribuant une dernière caresse. Il a compris je crois. Mais malheureusement le destin m'attend. Et les grandes étendues sauvages m'appellent secrètement. Je sens le souffle de la liberté s'immiscer dans mon être. Celui qui m'a si souvent attiré, et auquel je cède enfin.

Une nouvelle ball est accrochée à ma ceinture. Une ball unique. Celle de mon nouveau départ. Elle contient une petite créature bleutée, un crocodile de toute beauté. Kaminus de son nom d'espèce. Kamimi se son surnom. Et elle sera ma future compagnonne de route.

J'arrive enfin sur la plage, le coeur lourd. Mais j'esquisse ce sourire des beaux jours. Un léger rictus en coin, et un air que je veux enjoué. Désolé, Torti m'a donné du fil à retordre ! Et c'était la vérité d'ailleurs. Je n'avais pas réussi à le quitter comme ça. Il semblait si triste. Mais je savais que Jordan prendrait soin de lui. Ce soir s'achevait ma vie de champion. Et commençait celle de collectionneur.

J'approche, saluant la belle Caravelle d'un sourire rayonnant. Elle me rappelle la jeunesse de Torti ! Dis-je. Je le disais toujours d'ailleurs, quand je la voyais. Comme un petit vieux qui radotait. Mais en ce jour de départ je ne pouvais être que nostalgique. J'ai ramené un petit jus de baies Framby. J’espère que t'aimes ! annoncé-je. Je pose la bouteille, m'asseyant sur le sable, fixant l'horizon. J'avais vraiment envie de quitter ça ? De prendre cette décision au quasi pied levé et de me tirer ? J'avais vraiment envie d'abandonner Aria et sa joie de vivre, d'abandonner ce littoral qui m'avait vu grandir, de laisser Torti et les autres ? J'avais vraiment envie de ça ?

Mais il fallait croire que oui. Le souffle de la liberté n'attendait pas. Et les envies de grands espaces non plus. C'était le moment ou jamais de tenter l'aventure d'une vie. Tu vas bien ? Demandé-je, détournant le regard de l'horizon, me focalisant sur celle qui avait partagé la quasi totalité de ma vie. Et dont l'absence allait créer un vide atroce.





Un jour on s’envolera à nouveau. Vers les terres oubliées. Au delà des mers. Là où tout a commencé. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 21 Aoû - 15:41
Invité

Une goutte d'eau enfante l'océan
Une arme faite d'un torrent de larmes
Aria & Matthew • 1er août 2016


Il sourit en me rejoignant, et j’ai envie de croire que tout va bien. Que tout est normal, comme d’habitude ; et pourtant. Pourtant, oui, j’ai cette sensation étrange qui m’oppresse, comme un regard noir pesant sur ma nuque. D’où me vient cette sensation inhabituelle ? De la crispation imperceptible de son sourire, peut-être ? De la ligne de sa mâchoire, à peine plus rude que d’ordinaire ? De ses épaules carrées un tant soit plus qu’il ne le faudrait pour un banal pique-nique entre amis sur la plage ? Mon sourire se fane un peu, juste là, aux commissures de mes lèvres. C’est ridicule, mais j’ai presque envie de lui dire de partir – que je ne veux pas le voir, ce soir. Appelons ça un pressentiment – mais bon ! C’est sûrement juste la fatigue de la journée, et tandis qu’il salue gentiment Caravelle, je me réprimande intérieurement. Tu te fais des idées, ma fille, arrête tes âneries !

Tendant la main, je récupère la bouteille qu’il a apportée, le remerciant d’un sourire. Je nous verse deux verres pendant qu’il s’installe, et je lui en tends un quand il tourne les yeux vers moi. « Ça… va. » Infirme hésitation, imperceptible accrochage. Oui, ça va, évidemment – mais ce sombre présage qui pèse sur mes épaules m’étouffe un peu. Je couve peut-être une fièvre, pour être aussi paranoïaque ? Nos entrevues d’ordinaire sont si légères et insouciantes, qu’est-ce qui m’arrive ce soir ? J’émets un petit rire nerveux, détournant les yeux vers le large et passant la main dans mes cheveux, enfonçant mes orteils dans le sable. Même à mes propres oreilles, ce rire sonne faux. Un peu grinçant, un peu bancal, un peu factice, totalement artificiel, et ça me rend dingue. Depuis quand je prends des pincettes avec Matt ? Haussant les épaules, je noue mes deux mains autour de mon verre, et lui jette un petit regard en coin, un peu hésitant, mais résolu cependant. « J’ai été sur les nerfs toute la journée depuis que tu m’as appelée. Je sais pas trop pourquoi, peut-être le temps. Je dois être fatiguée sûrement. Ou bien je suis malade. Ou c’est juste un jour sans. C’pas ta faute en tout cas, je suis désolée. » Le soleil décline lentement à l'horizon, et les nuages flamboient d'un incendie éphémère qui me ravit mon âme. Derrière nous, à la lisière des arbres, les Hoothoot s'éveillent, et je les entends se mouvoir dans les branchages. J'aime ces moments entre-deux, à mi-chemin entre le jour et la nuit, où l'univers change autour de moi. Il y a certaines choses, pourtant, que je ne veux pas voir changer. Jamais.

Calant mon verre dans le sable, je me penche vers Matt, posant l’autre main sur son avant-bras. « Toi, ça va hein ? » T’es pas malade ? Ta famille va bien ? Tes Pokémons aussi ? Rassure-moi, Matt, parce que je suis inquiète pour toi et que j’aime pas ça. Dis-moi que tout va bien, que je peux être tranquille, et qu’il ne t’est rien arrivé…


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Strader
Membre du staff
Kamimi ♀ Pupuce ♀ Mousse ♂ Vulcain ♂ Marguerite ♀ Donut ♂

Célébrité : Daniel Radcliffe
Crédit de l'avatar : tbf

Chasseur depuis le : 18/02/2015
Pokéballs lancées : 1665

Âge personnage : 26
Pokédollars 2658

Métier : collectionneur
PkMn rêvé : Démanta
Paroles du sage :

i've lost my teddy bear.



water is the most powerfull type you've ever seen. trust me.


Voir le profil de l'utilisateur http://catchthemall.forumactif.org/t279-sac-de-matthew-strader
Lun 22 Aoû - 15:32
larme à la mer.


Et tandis que la fraîcheur naissante m’enveloppait, je détournais le regard, fixant l'horizon qui s'embrasait lentement. L'astre rougeoyant s'enfonçait par delà les océans, empourprant les vagues qui ondulaient lentement. Les nuages reprenaient les teintes sanglantes du coucher de soleil, continuant le deuil de l'astre. Les vagues s'échouaient avec fracas sur la berge, roulant toujours plus loin, aspergeant d'écume les grains de sables déjà humides. Et l'air, iodé, ajoutait la tâche finale au tableau, qui ne serait bientôt pour moi qu'un vague souvenir Désolé.. Me contentais-je de répondre à Aria, attristé que sa journée se soit si mal déroulée. Et ce n'était malheureusement pas fini. Je posais mon regard sur elle, la contemplant de ce regard un brin nostalgique. Aria était peut-être la seule personne capable de me faire douter de ce choix radical. Mais l'envie de grand air était intarissable. Je ne pouvais calmer ces envies de liberté, de changement et d'aventure. Et malheureusement notre relation allait en être grandement affectée.

Je me tournais complètement vers elle lui faisant face. L'obscurité s'installait, accompagnée des hululements naissants des Hoot-Hoot sauvages. J'esquissais un sourire timide. Toutes ces choses avaient un air de déjà-vu agréable. Comme si les souvenirs de nos quelques années communes resurgissaient tous en même temps. Aria posa sa main sur mon avant bras. Elle s'inquiétait pour moi. Et j'imagine qu'il y avait de quoi. Je n'avais jamais pris l'habitude de fixer des rendez-vous. Oui oui tout va bien, je te remercie de t'inquiéter. Je posais ma main sur la sienne. Nous avions toujours été très proches, elle et moi. Deux bons amis de longue date. Ma phrase, néanmoins, était restée en suspend. Si tout allait bien, les choses s'avéraient être compliquées malgré tout. Seulement je crois que j'ai besoin d'un tournant dans ma vie... Je vais partir quelques temps Aria. Je ne détournais pas le regard, même si cette révélation était dure et douloureuse. Ma voix était tremblante, presque hésitante. Je... Je cherchais mes mots, hésitant quelques secondes avant de poursuivre. Je pense que tu te doutais que ça finirait par arriver. Finis-je par conclure, laissant ces quelques mots amers s'envoler dans la brise du large. Oui. Sans doute devait-elle s'en douter, mais la révélation n'en restait pas moins brutale. Et déjà les souvenirs s'entrechoquaient dans mon esprit, avec force. Les gens appelaient ça... nostalgie.





Un jour on s’envolera à nouveau. Vers les terres oubliées. Au delà des mers. Là où tout a commencé. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Lun 22 Aoû - 17:51
Invité

Une goutte d'eau enfante l'océan
Une arme faite d'un torrent de larmes
Aria & Matthew • 1er août 2016


Je le savais. Bon sang, je l’avais senti, je l’avais presque deviné, je l’avais sur le bout de la langue, et mon cœur lui-même avance au bord de mes lèvres, prêt à s’échapper tant il bat vite au creux de ma poitrine. Il gémit, il s’affole, il geint, il tambourine frénétiquement comme les ailes meurtries d’un oiseau prisonnier qui les romprait contre les barreaux de sa cage – oh, comme il court, dans une folle cavalcade aussi rythmée que les enjambées de Matt s’éloignant de moi. Je l’imagine déjà, me tourner le dos, lever les yeux sur l’horizon et me préférer les sirènes tentatrices de l’aventure, du hasard, de la destinée.

Il s’enfuit, bonté divine, il part, et moi – et moi, je reste là, seule et abandonnée, loin de lui, car il m’a déjà un peu oubliée, c’est certain. C’est inexorable à présent que la décision est prise, que son choix est arrêté : il a préféré le monde au confort tranquille de mon amitié, et je suis férocement jalouse, soudain, de ces paysages inconnus qui l’attirent au lointain. Il est à moi ! Mon ami, mon confident, le réconfort de mes échecs, le témoin de mes succès – toute ma vie, je l’ai tissée à l’ombre de ses pas. Il en connaît chaque secret, chaque recoin, chaque instant ; nous les avons filés ensemble, entre un sourire et un éclat de rire. Est-ce que tout cela ne compte pour rien ? Qu’est-ce que les grands chemins lui apporteront, qu’il n’avait pas déjà ici ?

Je ne suis donc pas assez, c’est ça ? Je ne suffis pas.

A cette pensée, la douleur dans ma poitrine se fait presque physique, comme si un poing géant avait attrapé mon cœur et tentait de le broyer sans pitié. Je me suis crispée, de la tête aux pieds, tous mes membres se sont tendus et j’ai enfoncé les ongles dans son bras. Péniblement, je relâche ma prise, et j’attrape Caravelle pour la serrer contre moi, sans rien dire. Je ne fais pas confiance à ma voix, et je cache mon visage derrière mes cheveux en me penchant en avant, les bras noués autour de Cal qui se tient inhabituellement tranquille et me rend mon câlin. Sûrement a-t-elle perçu à quel point j’en avais besoin.

Je n’ose pas le regarder.

J’ai froid.

D’une voix blanche, recroquevillée autour de Cal qui se blottit contre moi, je pose la première question qui me vient à l’esprit. « Qu’est-ce que j’ai fait ? » Oui, Matt, dis-moi ce que j’ai fait de mal, cette faute commise qui mérite ton départ comme punition. C’est forcément ma faute, hein ? Qu’est-ce que j’ai fait pour que tu partes, Matt ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthew Strader
Membre du staff
Kamimi ♀ Pupuce ♀ Mousse ♂ Vulcain ♂ Marguerite ♀ Donut ♂

Célébrité : Daniel Radcliffe
Crédit de l'avatar : tbf

Chasseur depuis le : 18/02/2015
Pokéballs lancées : 1665

Âge personnage : 26
Pokédollars 2658

Métier : collectionneur
PkMn rêvé : Démanta
Paroles du sage :

i've lost my teddy bear.



water is the most powerfull type you've ever seen. trust me.


Voir le profil de l'utilisateur http://catchthemall.forumactif.org/t279-sac-de-matthew-strader
Mer 24 Aoû - 14:54
larme à la mer.


Et je sens ses ongles s'agripper à ma chair. Comme la réponse imagée de la douleur d'une séparation brutale. L'illustration parfaite de ce que ressent mon coeur. Un déchirement. Des lacérations. Une douleur sourde qui remonte le long de mon bras. Aria souffre. Et moi aussi. Comme si l'existence passée s'envole avec mes mots. Comme si mon départ signe la fin des souvenirs. Comme un feu qui ronge un vieux parchemin, commençant par en percer le coeur avant de s'emparer de l'enveloppe, pour n'en laisser plus qu'un tas de cendres sans histoire. Plus aucune trace.

Mais est-ce réellement la fin ? Les choses ne peuvent-elles pas continuer ? Avec la distance en plus. Deux âmes en peine séparées par la vie, réunies par la nostalgie, et liées par des souvenirs communs ? Je baisse la tête n'ayant ni le courage ni la force d'affronter le regard inquisiteur d'Aria. Il ne l'est peut-être pas. Mais mes sentiments me font croire qu'il l'est. Puissant et mauvais. Alors qu'en réalité elle se cache sous les mèches ondulées de sa chevelure blonde. Elle se blottit contre son carapuce. Les pokémons sont empathiques et reconnaissent la douleur. Et je la laisse se perdre en silence. Je la connais. Je sais. Mais cette fois je n'ai pas la force de la réconforter. Car je suis responsable de sa détresse, et sans doutes m'en veut-elle. Passer le cap sera long. Et le chemin vers la réconciliation sera sinueux. J'ai le sentiment d'avoir perdu sa confiance. De l'avoir perdu tout court d'ailleurs.

Qu'a-t-elle fait... Rien. Si ce n'est me laisser exister et vivre de mes passions. Tu m'as laissé être moi même. Tu n'es pas responsable de mes décisions Aria... Je... Répondis-je, calmement, laissant mes mots se perdre dans la fraîche brise venue du large. J'ai besoin d'explorer le monde. Et... je reviendrai à Néros quand tout sera fini... Mais les choses avaient-elle une fin ? Oui.. sûrement... Quand j'aurai foulé les différentes terres je reviendrai compter mes histoires ici, et admirer la progression de Tortank et des autres.... La vie était cruelle. Et les choix difficiles.




Un jour on s’envolera à nouveau. Vers les terres oubliées. Au delà des mers. Là où tout a commencé. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» La goutte d'eau qui fait déborder le vase (pour qui veut)
» J'ai vu ton visage dans une goutte de sang. (pv Heli) TERMINE
» Présentation de Goutte de Pluie [FINIE]
» 4chasseurs à la goutte d'or.
» Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Flash Back-
Sauter vers: